Ride Hard, Rest Well : une interview avec le champion Flat 2017

Lundi, octobre 9, 2017 - 15:12
Précédent Jean William Prevost bmx flat
Nom: Jean William Prévost
Date de Naissance: Année du Tigre, Virgo (1986), 30 août
Année de Naissance: Montréal, Canada
Lieu de Résidence:  Montréal, Canada
Taille: 1m85
Poids: 76kg
Cadre: Far East Cycles Turbo 
couleur Banane Fourche: Far East Turbo Custom étroite 
Pédalier: Far East Cycles Titanium Turbo
Guidon: Reklamation Jason Plourde Signature
Pegs: IGI (la marque de Jean William) microphone 

Pédales: IGI SweetSPOT 

Potence: St-Martin 

Quand as-tu eu ton premier BMX et est-ce que c'était un vélo de Flat ?

J'ai eu mon premier vélo quand j'avais 5 ou 6 ans, c'était un cadeau de ma grand-mère. Il était rouge, il avait des roues de 20 pouces comme un BMX - mais je ne suis pas sûr qu'on puisse dire que c'était un BMX ou un vélo de Flat. Aussi je me souviens avoir eu un plus petit BMX d'occasion, également rouge et il avait un moyeu à frein par rétro-pédalage (ndlr : "coaster brake"). Je me suis beaucoup amusé avec celui-là à faire des dérapages dans mon quartier.  

Était-il clair pour toi que tu allais faire du BMX Flatland ?

Je me suis mis au BMX sans même savoir ce qu'était le Flatland ou la différence entre les disciplines. Puis est arrivé un moment où j'ai réalisé que le Flat pourrait bien m'éviter de me blesser vu que j'ai tendance à perdre mes moyens aussitôt que je quitte le sol. Un de mes reins a pris un choc en faisant du Dirt et depuis je me suis orienté vers les parkings et autres surfaces plates!

Comment était la scène Flatland canadienne quand tu as commencé ?

Il y avait à peu près 50 riders répartis en 4 catégories lors des toutes premières Toronto Metro Jam auxquelles je me souviens être allé. On doit être à peu près 20 riders en tout aujourd'hui. Et puis on était un groupe de 5 riders et nous roulions ensemble dès que l'occasion se présentait. C'était la bonne époque. Je ne savais pas faire grand chose mais j'étais très motivé pour rouler et apprendre avec ce crew à Montréal. Ces mecs m'ont aidé à donner forme à mon riding jusqu'à aujourd'hui.

Penses-tu que la scène a progressé aujourd'hui ?

Le nombre de riders a diminué, mais je dirais que le niveau technique est encore bien haut. Nous habitons dans un endroit où les hivers sont intenses, donc il est difficle de trouver des spots pour rouler en Flat pendant ces mois-là. J'ai loué un endroit pour 5$ de l'heure ces trois derniers hivers. Ça revient cher au bout d'un moment.
 

Tu as affûté "tes armes" tôt en Chine, parfois en effectuant jusqu'à 4 démonstrations par jour. Penses-tu que ce soit un bon moyen pour les jeunes riders de se former ? 

L'opportunité d'aller en Chine faire des démos au tout début de ma carrière de rider m'a aidé à me forger un style de bien des manières. J'ai gagné en confiance devant un public, j'ai un flot plus dynamique et je trouve des manières de faire plaisir au public autrement qu'en ne faisant que des spins. Mes premiers mois en Chine à faire des démos ont été un challenge pour moi. Je voulais être applaudi et j'ai bossé dur pour que cela arrive. La plupart des riders qui font ces démos aujourd'hui sortent de ces contrats forts et prêts pour la vie des contests.  

Tu as un style de riding assez aggressif, comment est-ce que ça t'es venu ?

Je pense que c'est venu du manque de réaction du public lorsque j'ai commencé à faire des shows. Je me suis aussi entraîné avec mon bon ami Jason qui était déjà un rider rapide. C'est une petite combinaison de faits qui m'a motivé à aller plus loin et réaliser les choses à ma manière. 

Ton vélo est-il monté d'une façon spécifique pour ce style de riding ?

Je dirais que la longueur de mon vélo est un peu plus courte que les autres pour faciliter les changements de direction (lorsqu'on fait des spins d'avant en arrière, on appelle ça des "turbines"). Et j'ai conçu les pegs que j'utilise, avec une sphère au bout du peg ce qui me permet de verrouiller ma position et de savoir exactement où je me tiens, donc d'aller plus vite entre les pivots. Cela permet de m'ancrer dans les tricks et le vélo.   
 

Où penses-tu que se situe l'équilibre entre originalité et exécution des tricks "flashy" qui plaisent aux public pendant les contests ? 

L'originalité est le fondement du processus d'évolution de notre sport. Ce qui plaît au public c'est plus pour le show. Bien qu'inconsciemment, je sois à peu près sûr que la réponse de la foule affecte les juges. On a certainement besoin des deux, mais je suis plus enclin à construire de nouveaux tricks et techniques pour pousser le sport qu'à rechercher les applaudissements. Si vous pouvez faire les deux alors vous êtes un excellent chimiste. 
 

Tu es le Champion BMX Flatland des FISE World Series 2017. Comment s'est déroulé le championnat pour toi cette année et quelle place occupe-t-il dans le monde des contests Flatland ?

Je jure que je n'ai rien vu venir, je suis encore excité rien que de penser à ces résultats. Cette année fut une bénédiction, le FISE a créé la plate-forme qui fait briller une lumière sur le Flatland comme jamais auparavant. Cela m'a donné l'opportunité de montrer au monde ce que je peux faire sur le vélo. C'est le circuit de contests le plus solide et prestigieux dans le monde du Flat. Aucun doute là-dessus.
 

Que vois-tu dans le futur pour le Flatland?

Je vois le sport devenir de plus en plus dynamique. Je trouve que c'est le "flow" qui définit le sport, combiné avec des mouvements originaux. Les tricks vont devenir plus longs, les uns après les autres sans faire de remplissage. Cela sera dur de définir les limites entre les tricks et il sera quasi-impossible de nommer les nouvelles figures. "Fractal" serait un bon moyen de décrire mon sentiment pour le futur du Flatland.
 

Enfin quel conseil donnerais-tu aux jeunes Flatlanders?

Ne soyez pas bloqués sur des riders, regardez au-delà. Créez-vous un chemin où votre touche personnelle et votre style pourront s'épanouir. Trouvez ce qui vous convient le plus dans le Flatland, ne vous en éloignez pas et travaillez dur dessus. Vénérez la discipline et la perséverance, pas les autres riders. Trouvez de la fierté et de la motivation dans l'isolement et la détermination. 
 
Ride Hard, Rest Well. ("Roulez Dur, Reposez-vous Bien")
 
Merci pour tout le FISE !
 
Suivez JWP sur Instagram @jwilliamp et allez voir son projet BMX Flatland IGOTIT
 
Suivez le FISE à l'approche de Chengdu sur Facebook et Instagram