SHARE A BIKE, SHARE A SMILE | FISE Up Avril

22 avr 2022 14:00

SHARE A BIKE, SHARE A SMILE

FISE UP Avril

fise up avrilInterview : Ben Bello

Voici l’invitation proposée par Gabriel Goldsack pour mêler l’utile à l’agréable, c’est-à-dire aider les riders bmx des pays du sud à profiter pleinement et pour longtemps de cette passion qui participe à se construire, à s’émanciper aussi. SAB,SAS est une organisation à but non lucratif pour collecter et envoyer des pièces de bmx dans les scènes qui en ont cruellement besoin ; un projet porté par un argentin émigré en Allemagne à l’énergie inspirante, à tel point qu’on a voulu organiser une collecte de pièces au prochain FISE de Montpellier pour aider la scène isolée d’Algérie.

On vous en dira plus sur les réseaux, en attendant découvrez ce projet en prenant le temps de lire ceci, et de regarder la mixtape de leurs superbes actions. Merci pour eux, merci pour vous !

Salut Gabo, question épaisse d’entrée, dis-nous ce qui nourrit ton désir d'être militant en général ?

Ca se résume en une seule phrase (de Paulo Coelho) qu’on m’a dite une fois et qui a eu un grand impact sur moi : "Le monde change avec votre exemple, pas avec votre opinion". Je crois que si vous voulez changer quelque chose, vous ne pouvez pas attendre le changement, vous devez être le changement. Vous devez être le genre de personne que vous aimeriez voir dans le monde, c’est aussi simple que cela.

« Le monde change avec votre exemple, pas avec votre opinion »

fise up avril

Qu'est-ce que « Share a Bike, Share a smile » ?

SAB-SAS est un effort pour réduire le manque d'opportunités que de nombreux riders bmx connaissent dans leur vie. De nombreux passionnés doivent arrêter de rouler car ils n'ont pas accès à des pièces de bonne qualité, pas de magasins et pas de distributions. Alors que de nombreux riders dans les pays riches changent régulièrement leurs pièces de bmx, beaucoup de ces pièces finissent dans leurs sous-sols bien qu'elles soient encore en bon état ; j'essaie d'être un lien entre ces riders pour fournir des pièces de bonne qualité à ceux qui en ont besoin le plus, tout en réduisant notre empreinte carbone, en réutilisant des pièces qui, autrement, deviendraient des déchets après des années d'abandon. Une fois le projet économiquement stable, j'aimerais les soutenir par d'autres moyens comme la construction de trails ou de rampes. Aussi, je discute beaucoup avec les riders car je crois que le partage des connaissances est une grande partie de ce que je crois dans la vie.

Comment penses-tu que le bmx puisse aider les kids dans les endroits difficiles où vous avez fait des opérations ?

Le BMX est bien plus qu'un sport. C'est une façon de vivre, d’avoir des objectifs, des rêves, la paix et un sentiment d'appartenance à une communauté ce qui manquait à beaucoup d'entre nous. J'ai grandi dans une famille fracturée en Argentine, nous avons dû migrer plusieurs fois. J'ai vu des amis qui ne faisaient pas de bmx ou qui avaient arrêté et qui avaient souvent des problèmes de toxicomanie, de dépression, parfois même d'activités criminelles. Ceux qui continuaient à faire du petit vélo ne vivaient pas ces situations ou le faisaient moins fréquemment. Le BMX m'a donné l'opportunité de parcourir le monde ; j'ai toujours reçu des coups de main, toujours eu de bons conseils et dans un sens c’était la famille qui me manquait. J'avais des gens qui se souciaient plus de moi que certains de mes proches. Pour certaines personnes que nous avons aidées, ce n'est peut-être pas comme ça. Pour d'autres, ce sera exactement comme ça. C'est pourquoi aider en vaut la peine. Un simple vélo bmx peut être le cadeau le plus significatif que vous puissiez offrir à quelqu'un ! Nous n'arrêterons pas de le faire !

« Un simple vélo bmx peut être le cadeau le plus significatif que vous puissiez offrir à quelqu'un »

As-tu une histoire précise qui montre les effets positifs de votre action, non pas pour vous vanter mais pour montrer que c'est efficace.

J'en ai beaucoup mais j'aime particulièrement partager l'histoire de mon ami Emiliano qui a été le tournant pour transformer ce que je fais depuis des années dans le projet qu’on connaît aujourd'hui. Emiliano a grandi à Mendoza (Argentine), a vécu certaines des mêmes choses que j'ai vécues. Il est devenu père à l'âge de 15 ans. Il a dû grandir beaucoup plus vite et a finalement abandonné le bmx. Au fil des années, il a développé une dépression, il a commencé à abuser de l'alcool et d'autres drogues.

Avec le temps, les choses sont devenues incontrôlables, la seule chose à laquelle il pouvait penser était ces drogues. Être entouré de personnes ayant le même état d'esprit n'a pas aidé non plus et ils se sont poussés plus profondément dans le trou. Après des années de cela, il était finalement clean comme on dit et tout avait l'air d’aller mieux de l'extérieur.
Mais un jour, il m'a révélé qu'il se sentait vide, comme s'il n'avait aucun but. Je lui ai dit qu'il fallait profiter de la vie et qu'il devrait recommencer à faire du bmx. Sa réponse a été claire : "Avec l'inflation de l'économie en Argentine, je ne pourrai jamais acheter de vélo". Ce jour-là, j'ai décidé de demander à mes amis de lui monter un vélo. J'ai suivi mon processus normal : collecter des pièces, lancer une collecte de fonds pour payer les frais d'expédition et enfin lui envoyer le vélo. Il souriait beaucoup le jour où il a reçu le vélo, mais ce n'était rien en comparaison de ce qu'il ressentait deux jours plus tard lorsqu'il a fait du bmx pour la première fois en 13 ans. Il était en extase quand il m'a appelé et m'a dit : "C'était ça Gabo ! J'ai l'impression que tu m'as rendu mon enfance, j'ai retrouvé le sourire ! Merci mon frère".

Il est resté propre depuis ; il a l'énergie et la passion qu'il avait autrefois. Il a démarré son entreprise et il étudie à nouveau, il est en passe de devenir avocat.

C'est pourquoi je l'ai appelé "Share a Bike - Share a Smile", c'est l'impact qu'un vélo pour enfant peut avoir dans l'âme d'un adulte.


fise up avril
Colombia jam

Tu as une motivation très précise et sincère derrière ce projet peux-tu nous expliquer quels sont les aspects clés de ton action ?

J’imagine que ma motivation vient juste de l'amour que j'ai pour le bmx ! Aussi parce que j'ai vécu beaucoup de choses que ces riders vivent.
L'un des aspects clés de ce projet est d'impliquer autant que possible les communautés bmx. Chaque communauté de chaque pays sait parfaitement ce dont elle a besoin, quels pilotes sont les plus impliqués dans la croissance de la scène, qui prend soin des autres et qui mérite quoi.
Je ne pense pas que nous pourrions venir le faire mieux qu'eux, c'est pourquoi nous faisons cela avec eux, leur implication est essentielle !
Je ne pense pas que nous pourrions faire autrement, nous essayons ici de leur donner des outils pour s'amuser, partager les connaissances que nous avons et faire entendre leur voix en partageant leur contenu sur notre compte instagram.

« Nous essayons ici de leur donner des outils pour s'amuser, partager les connaissances que nous avons et faire entendre leur voix »

Précision importante à propos des pièces

Je pense qu'il est très important de comprendre que si vous avez retiré des pièces de votre vélo parce qu'elles n'étaient pas sûres, cassées ne pouvant pas être réparées, ou vraiment vieilles (ex. un guidon qui fait 7,5 de hauteur, alors qu'un guidon moyen mesure aujourd'hui au moins 9 cm de haut.), vous ne devriez pas les donner. Si les pièces n'étaient pas sûres pour vous, elles ne le sont pas non plus pour eux. Je comprends que beaucoup de gens veuillent aider mais envoyer des pièces dans ces conditions n'est pas d'une grande aide. J'ai entendu plusieurs fois : "C'est mieux que rien", la réalité est que beaucoup de ces riders ont déjà ce "mieux que rien", ce dont ils ont besoin ce sont les mêmes pièces de qualité que nous roulons depuis des années.

Parle-nous de ce projet avec l'Algérie.

Après avoir parlé avec des riders algériens pendant un certain temps de leur scène locale, de leurs spots, du seul skatepark qu'ils ont dans le pays et de leurs efforts pour y développer leur communauté, nous sommes toujours arrivés à la même conclusion, l’élément clé qui les arrête est le manque de pièces bmx de bonne qualité. Contrairement à d'autres pays d'Afrique du Nord, obtenir un visa pour visiter l'Algérie n'est pas facile.
Par conséquent, ils ont été moins exposés aux riders internationaux qui pourraient apporter des pièces et de l'aide. Dans le même temps, il y a une grande communauté d'Algériens en Europe, surtout en France.
Cela m'a donné le sentiment qu'ils devaient se sentir si proches de toute la culture bmx européenne mais en même temps si loin ! J'avais l'impression que la prochaine étape logique était d'y aller et d'organiser une grosse jam là-bas pour partager les pièces que nous pourrions collecter au FISE et d’autres que j’ai en stock.

fise up avrilMarocco jam

Quel type d'aide reçois-tu habituellement de tes amis ?  

Mes amis sont géniaux, juste pour être clair ; ce projet ne serait pas comme vous le voyez sans mon ami Leo (@elece.bmx). Pendant des années j'ai aidé des riders, dans un projet similaire mais en sous-marin. Je l'ai toujours fait par amour et parce que j'ai vu à quel point le bmx peut être puissant. Leo a vu le potentiel de ce projet, il m'a convaincu de le partager avec le monde, alors nous y sommes maintenant !

Ensuite, vous avez des gens qui ne me connaissaient pas mais qui y croient et ont aidé comme Pato du shop 'The Cut' à Barcelone, il collecte des pièces et connecte le projet à l'industrie du bmx, Rea qui a beaucoup d'expérience avec son ONG (Straight Jusqu'à Tarifa) et fournit beaucoup de conseils.

Ensuite, vous avez de bons amis comme Christian Ziegler qui est une légende allemande du bmx et qui aide avec beaucoup de relations, Jelle & Henrik Bonde qui collectent des pièces en Nouvelle-Zélande et en Australie que nous voulons envoyer dans un pays asiatique, Teresa Grauten & Mateo Matiz aidant avec les vidéos, ma petite amie Kerrin qui aide beaucoup avec la bureaucratie allemande très dure, elle fait une partie de l'art que vous verrez bientôt dans de futurs projets et elle a été un énorme soutien émotionnel, elle a été un soutien incroyable pour ce projet.

La liste est longue, je pourrais écrire sur eux tous mais comme nous n'avons pas beaucoup de temps, je voudrais vous dire à tous : "Je vous aime, merci de croire en moi et de soutenir cela !".

(Carina, Armando, Thade, Magga, Jan, Nils, Arne, Hanno, Albert, Alessandro, Shishang, Andre, Lost Trails crew, etc. Vous savez qui vous êtes).

« Je l'ai toujours fait par amour et parce que j'ai vu à quel point le bmx peut être puissant »

Quelle aide recherches-tu auprès des riders et des marques ou institutions?

Nous avons besoin que les gens partagent ce que nous faisons, fassent passer le mot afin d'impliquer davantage de personnes et de marques.
Pour le moment, peu de pilotes sont au courant de ce que nous faisons, pour autant que je sache, il n'y a pas d'autre projet qui fasse ce que nous faisons. C'est pourquoi nous devons unir nos forces, passer le mot nous aiderait à toucher plus de riders qui pourraient potentiellement nous soutenir avec des pièces ou de l'argent. Le simple fait de partager peut aider beaucoup plus que ce que vous pensez ! Cela étant dit, de la part des riders, en général, nous avons besoin de pièces d'occasion de bonne qualité et s'ils le peuvent, un peu d'argent est toujours le bienvenu (les frais de port sont très chers). Des marques et des institutions, nous espérons obtenir un soutien financier. L'envoi de pièces dans n'importe quel pays d'Afrique, par exemple, est très coûteux et nécessite généralement des mois de travail et de planification. Certaines pièces neuves sont indispensables, et des bonnes shoes pour le bmx, sont également nécessaires.

« Nous avons besoin que les gens partagent ce que nous faisons, fassent passer le mot »

Ça doit être épuisant tous ces projets et l'implication que tu donnes à cette action ? À quoi ressembles ta vie personnelle désormais ?

Ça l’est, c'est épuisant et honnêtement j'ai quelques problèmes pour trouver un équilibre. En général, je me lance à fond si je crois en un projet, comme vous pouvez le voir, j'y crois vraiment ! Ce projet m'a donné le sentiment d'être de retour dans un autre monde du bmx qui me manquait depuis longtemps. Personnellement, je passe beaucoup de temps à travailler pour SAB-SAS, à organiser des dons, à imprimer des t-shirts, à tenir un inventaire, à rechercher des fonds gouvernementaux où nous pourrions obtenir de l'argent (jusqu'à présent sans succès), à parler aux riders dans plusieurs pays etc. C'est un vrai métier ! Cependant, je ne reçois pas d'argent, pas plus que les autres personnes travaillant sur ce projet. Mais nous avons un sentiment incroyable à chaque fois qu'un projet a été réalisé avec succès et nous voyons le bonheur dans leurs yeux. En ce moment, j'ai aussi une blessure au pied droit donc dernièrement, je n'ai pas pu rouler ce qui m'a laissé plus de temps pour d'autres choses mais je veux reprendre mon vélo au plus vite. En parlant avec le cœur ouvert, je crois que nous avons la responsabilité de partager un peu de ce que nous avons dans nos vies ! Beaucoup de gens ne savent pas vraiment à quel point ils sont chanceux simplement parce qu'ils sont nés dans un certain pays, nous devons partager ce que nous pouvons et je fais de mon mieux pour que cela se produise.

« Nous avons un sentiment incroyable à chaque fois qu'un projet a été réalisé avec succès »

Où peut-on en savoir plus et aider ?

Vous pouvez trouver la plupart des informations sur 'Share a Bike-Share a Smile' sur notre Instagram (@shareabikeshareasmile), nous avons également une chaîne YouTube, une page Facebook, et au moment où vous lisez ceci, notre site Web devrait être prêt (Shareasmile-movement.org). Vous y trouverez de nombreuses informations sur nous, les projets que nous avons réalisés, des vidéos, certains de ceux que nous prévoyons et des moyens de nous soutenir afin que nous puissions continuer à aider les coureurs en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud, etc. Nous avons aussi un pdf en plusieurs langues avec une petite explication du projet et un QR code pour faire un don. Si vous pouviez le télécharger et le coller sur le mur de votre magasin local, ce serait d'une grande aide !

Vous pouvez faire un don pour soutenir le projet via les collectes de fonds sur les plateformes Ko-fi et Fundrazr


fise up avrilCameroun scene



 

arrow-leftarrow-rightarticlechevron-downclockclosedownload-filefacebookgalleryglobeinstagramlogo-fiselogo-spiriitmagnifypinplussearchsharetiktoktwitteruservideoyoutube